Archives pour la catégorie News

Le portrait du mois #6

Tous les mois, la FFKY met en lumière un·e pratiquant· ou enseignant·e de Kundalini Yoga qui partage ses coups de cœur, ses découvertes, ses inspirations en lien avec la pratique. Voici la sixième édition en duo.

Visages du Kundalini Yoga #6

Tireth Nam Kaur & Dev Janan Singh

« Nous nous sommes rencontrés sur le tapis de la sadhana ». Enseignants de kundalini et parents d’une petite Alma, Dorothée Le Dauphin, Tireth Nam Kaur et Bertrand Noirot, Dev Janan Singh, vivent et partagent les enseignements du kundalini au quotidien.

Yogis lumineux, passionnés et authentiques, ils viennent d’ouvrir un espace dans le centre de Tours, La Fabrique des possibles proposant cours, bains de gongs, stages et ateliers. « Il existait peu de lieux dédiés au kundalini dans la région, c’est un grand bonheur de faire découvrir cette pratique ». Rencontre inspirante avec ces deux fl(âm)mes jumelles. 
la-fabrique-des-possibles.fr

Si vous étiez….

Un kriya ?

Tireth Nam Kaur : Poumons neufs et circulation. Tout le monde le déteste mais moi je l’adore ! Après ma grossesse et mon allaitement, il m’a apporté énormément de prana. 
Voir le kriya en cliquant ici

Dev Janan Singh : Le champ magnétique et le centre du cœur. Formidable pour stimuler la coordination et le système nerveux. C’est chaque fois une belle aventure, j’y reviens très régulièrement.
Voir le kriya en cliquant ici

TNK : Ce kriya, c’est « la petite robe noire » de Bertrand (rires) !

Une méditation ?

TNK : Indra Nittri avec le Siri mantra Ek Ong Kar Sat Guru Prasad. Je l’ai découverte lors de mon premier cours de kundalini, c’est une méditation très puissante pour la connaissance et l’ouverture du troisième œil.
Voir la méditation Indra Nittri

DJS : La méditation pour la projection et la protection du cœur avec le Mangala Charan qui entoure le champ électromagnétique d’un halo de lumière.

Un mantra ?

TNK : So Purkh, pour rendre divin l’être aimé. C’est celui qui m’a montré la puissance du shabad. Il a une saveur particulière car je l’ai découvert au Temple d’Or d’Amritsar. Il m’a profondément marqué, je l’écoutais la nuit durant mon sommeil… J’aime aussi beaucoup le mantra Ajai Alai, il m’est très cher. Je l’ai beaucoup chanté à notre fille quand elle est née, cela lui a donné une grande force.


DJS : Sat Narayan. Il nous connecte à l’infini et nous relie au flux divin de la vie. J’aime particulièrement la version de Tera Naam enregistrée à Château Anand.

Un endroit pour pratiquer ?

TNK : Nous avons en endroit commun : la vallée de la Clarée près de Briançon, dans les Alpes du Sud.

DJS : J’y ai emmené Dorothée quand nous nous sommes rencontrés. C’est endroit magique et retiré du monde, c’est l’une des rares vallées de France encore complètement protégée.

Un instrument de musique ?

TNK : La tanpura, c’est la base de la musique indienne, j’aime son bourdonnement harmonique apaisant et méditatif. 

DJS : Je joue beaucoup d’instruments mais le seul que je ne connais pas, c’est le violoncelle. Un instrument incroyable, le son de l’âme humaine.

Un aliment ayurvédique…

TNK : Le lait d’or, il est détox et très doux, Je prépare la pâte avec beaucoup de curcuma pour ses vertus anti inflammatoires. Idéal pendant les règles et le soir pour accompagner le processus de détoxination.

DJS : Le kitcheree. Je ne m’en lasse pas. Je varie la recette avec des préparations d’épices fraîches et beaucoup de ghee. J’ai fait une cure de 70 jours pendant le confinement. Une expérience incroyable qui m’a reconnecté à l’essentiel.

Un chakra ?

TNK : Vishudi, je passe mon temps à le réguler ! Pendant des années, j’ai eu beaucoup de mal à m’exprimer. La rencontre avec Bertrand a été décisive, grâce à lui j’ai pu enfin me débarrasser de mes scories, être à l’aise avec le chant et sortir ma voix. 

DJS : Je suis plus attiré par Ajna, c’est le but de notre travail de yogi, arriver à élever cette énergie kundalini à un niveau supérieur. Il apporte l’intuition et nous relie au divin.

Un grand sage ?

TNK : Ma référence, c’est Amma. Je suis restée longtemps dans son ashram en Inde pour pratiquer le darshan. Elle m’a donné mon mantra.

DJS : Le philosophe et historien Mircea Eliade. Son livre Traité d’histoire des religions est incroyable. Il balaie toutes les connaissances sur les religions sans aucun tabou.

Une citation inspirante ?

TNK : Encore Amma : « La compassion c’est de ne prendre que ce dont on a besoin et de donner tout le reste ». Offrir du temps, une écoute, ne pas être avare de ce que l’on possède.

DJS : Cette citation du poète allemand Novalis : « Le chemin mystérieux va vers l’intérieur. C’est en nous, sinon nulle part qu’est l’éternité avec ses mondes, le passé et l’avenir ».

Donner des cours de yoga à l’heure du COVID-19

La rentrée des cours de yoga s’est faite dans des conditions inhabituelles dues aux mesures sanitaires pour éviter la propagation du virus. Certain·e·s d’entre vous nous ont demandé des protocoles sanitaires officiels signés par la FFKY pour l’utilisation de salles municipales notamment.

Comme la situation évolue très vite et que la dureté des mesures dépend des municipalités, de la couleur de la région ou département en question (rouge ou non), difficile d’établir des règles strictes valables pour tout le monde.

Nous vous présentons ici un ensemble de conseils recueillis par l’expérience de nos adhérent·e·s et enseignant·e·s.

  • Limiter le nombre d’élèves par cours pour maintenir la distanciation sociale au maximum.
  • Tenir à jour une liste des présents (garder les listes « sous le coude ») pour les cas où un COVID-19 serait déclaré.
  • Placer les tapis au sol avant l’arrivée des élèves pour une bonne gestion de l’espace.
  • Demander aux participants de rejoindre leur tapis avec le masque. Une fois sur le tapis, ils peuvent l’enlever mais doivent le remettre lorsqu’ils quittent le tapis.
  • Veiller à ne pas ajuster manuellement les élèves, essayer autant que possible de les corriger à la voix. 
    Veiller à ce que les élèves ne déposent pas leur masque sur le sol ou sur leur tapis pendant le cours. Prévoir une poche ou une pochette pour ranger leur masque pendant le cours.
  • Demander aux élèves de nettoyer leur tapis et leurs briques après chaque cours. Prévoyez quelques minutes à la fin du cours pour le faire.

Si vous avez d’autres recommendations et conseils, faites-nous en part en commentaires de ce post ou via contact@ffky.fr.

Vos témoignages sur Yogi Bhajan

Suite à la publication du rapport concernant les agissements de Yogi Bhajan, vous avez commencé à nous partager vos réactions vis-à-vis de la situation. Ces nouvelles informations vous font-elles remettre en question votre pratique et votre façon d’enseigner et de transmettre le Kundalini Yoga ? Nous sommes allés à la rencontre de nos adhérent·e·s sur ce sujet. Pour contribuer à cette page, écrivez-nous en commentaire ou par mail > contact@ffky.fr


« Mes cher·e·s collègues, enseignant·e·s, élèves,
Quelle chance que je ne sois pas bilingue et que la traduction ne soit disponible qu’à partir du 31 Août 2020. Si ma première intention était de lire le rapport lorsque que j’ai reçu le mail de 3HO, aujourd’hui après réflexion je me dis que cela n’est pas nécessaire pour moi.

Je sais à quel point cela est difficile de porter plainte après un viol subi, j’ai moi même fait cette expérience 31 ans après les faits. Le délit étant prescrit je l’ai fait dans une démarche de reconstruction et de résilience. Oui j’ai de la compassion pour mes deux agresseurs. Que sont-ils devenus, ont-ils pris conscience de leurs souffrances ?

Yogi Bhajan nous permet aujourd’hui dans la conscience collective et individuelle de faire un bilan de nos propres agissements dans notre vie.

Je sais que j’ai pas toujours eu un comportement exemplaire et que moi aussi j’ai une part d’ombre que je dois mettre en lumière. Mon mental négatif me demande de lire le rapport « 70 pages ». Mon mental positif me demande de lire tous les ouvrages traduits en français et pas encore traduits, parus et non parus de l’enseignement de Yogi Bhajan. Une vie entière ne suffirait pas. Mon mental neutre me demande : Dirige ton mental.

Alors cher·es collègues enseignants, élèves, vous seul·e·s savez ce que vous devez faire. Par contre, je sais 3 choses sur le Kundalini Yoga :

– Un : le Kundalini Yoga n’a pas été créé par Yogi Bhajan, son enseignement a permis que celui-ci soit plus accessible au plus grand nombre.
– Deux : Le Kundalini Yoga m’a sauvé la vie : je l’ai découvert en 2012 je faisais 120 kg, la sâdhana a été une révélation pour moi.
– Trois : Je suis un être spirituel qui vit une expérience humaine.

Moment Présent,
Moment merveilleux. »

Sahej Anand Singh

« Je me suis exprimée dans ce message. En ce qui me concerne, je ne vais pas chercher à distinguer l’enseignement de l’enseignant. « Ek ong kar sat nam » – « The God is the One, Truth is his name ». Souvent les chemins divins sont impénétrables pour notre raison. Je vais plutôt chercher le courage pour accepter la vérité et prier et travailler encore plus pour la paix de ce monde.

C’est le KY selon Yogi Bhajan que l’on enseigne. Pourquoi veut-on supprimer son nom ? La vérité a tâché nos habits blancs ? Ou avons-nous peur que l’enseignement disparaisse?  Si la personnalité de YB a été notre fondation, peut être nous sommes-nous trompés en choisissant la fondation ? En mettant l’homme devant Dieu ?  Le fait de supprimer le nom de YB sera égal pour moi à ce qu’on a déjà fait en gardant la vérité cachée entre quelques disciples pendant plusieurs années, dirigés par la peur : « c’est pour préserver l’enseignement, qui a fait beaucoup de bien à des milliers de personnes ». Ce n’est pas la même chose que nous sommes en train de revivre ? Je me pose beaucoup de questions.

En tout cas, dans l’enseignement j’inciterai les gens à trouver la volonté divine en écoutant profondément leurs propres cœurs. De rencontrer avec du courage leur peurs, leurs illusions, les éclairer avec la lumière de leur conscience et de choisir l’amour sur la peur. 

« kiv sachi-aaraa ho-ee-ai kiv koorhai tutai paal.

hukam rajaa-ee chalnaa naanak likhi-aa naal. »

Masha Ashaeva

—-

« Pas facile de s’exprimer sur le sujet. Personnellement, je ne peux pas renier totalement l’homme, ne serait-ce que pour les enseignements transmis, sans aucun doute sincères. Mais je ne peux évidemment pas approuver ses agissements décrits dans le rapport. 

Jusqu’à présent,  je faisais très rarement référence à Yogi Bhajan dans mes cours, je continuerai donc ainsi. Lui-même demandait de ne pas l’idolâtrer, alors respectons sa volonté. Et souhaitons lui de meilleures incarnations dans l’ère du Verseau 😉🙏 »

Ved Ajeet Singh


« Sat Nam,
Bonjour à vous,

Merci pour nous avoir traduit le rapport en français, je vous avoue que j’ai mis du temps avant de m’y plonger. Je trouvais toujours un prétexte pour reporter cette action !

Une peur de regarder la vérité en face, de vivre un moment douloureux, et j’ai pris enfin le courage de le lire en entier ces derniers jours !

C’est très dur, je suis effarée, en état de choc !

Même si j’avais eu un retour du livre de Premka  par une amie elle même Enseignante de KY, qui parle et lit l’anglais couramment, je ne l’avais pas aussi bien intégré qu’en lisant moi même les témoignages des victimes dans le rapport.

Je compatis pour elles et leur envoie tout mon amour et de la lumière de guérison.

En lisant le rapport, j’y ai vu une secte et je ne veux pas faire partie de cela. Je souhaite vivre le plus sainement possible et veux me réveiller devant toutes les manipulions possibles et imaginables !

J’ai décidé de me retirer du mon du Kundalini Yoga version Yogi Bhajan, plus de photos chez moi et dans mes cours, je ne mentionné plus son nom.

Je continue à donner mes cours aux élèves sans citer ce que YB disait etc.

Je ne rejette pas tout le yoga kundalini, juste YB.

Je suivais une formation de Karam Kriya à Lyon chez Narayan depuis 1 an et demi… suite à la lecture du rapport, j’ai renoncé de la poursuivre, je ne veux plus entendre parler de YB. À mes yeux, ce serait cautionner, faire du déni de ce qu’il s’est passé ! Je ne retournerai plus à St Antoine d’abbaye où je suivais aussi le cursus du niveau 2.

Ce qui m’est difficile, c’est de venir à une formation où nous sommes silencieux sur le sujet. À mes yeux, nous écoutons comme des enfants sages l’enseignant et nous gobons tout sans se poser de questions, sans se soucier de ce qu’il s’est passé, de ce que nous ressentons  par rapport à cette situation… C’est vraiment bizarre.

J’ai quelques fois entendu « YB était un homme »…. Et que nous même ne sommes pas des anges…
Aimons les enseignements et non YB etc…
J’y ai vu davantage de défenseur dans mes enseignants. Alors je n’ose pas m’exprimer. Et je pense que tous les élèves aussi.

Les enseignements sont précieux, je les respecte et je me dis qu’il ne sont pas à l’origine de YB.

De cette expérience, j’ai pris conscience que je m’accrochais à un maître extérieur et que maintenant je vais écouter mon propre maître intérieur. Je vais m’ouvrir à d’autres voies, aller vers d’autres horizons, et ainsi continuer à travailler sur moi, à grandir et à m’épanouir.

J’ai vécu des moments extraordinaires avec mes Amis de la Sangat, parcouru un bout de chemin ensemble… Je garde de bons souvenirs dans mon cœur.

Je vous remercie pour votre volonté à faire découvrir la vérité, aussi difficile soit elle, recevez toute ma gratitude. »

Anna
(Bibi Manbir Kaur)


« Sat Nam
Depuis le début des « révélations » je suis étonnée de ne pas lire plus de témoignages sur cette page.
Comme beaucoup d’autres j’ai pris connaissances d’une multitude d’informations toutes plus difficiles à lire les unes que les autres et depuis ce temps j’ai cherché quoi faire, comment me positionner face à tout cela. Non pas au travers de mes émotions mais au travers de ce qui me semblait juste dans le cœur. Evidement cette conclusion est personnelle mais au final puisque je m’attendais à lire plus d’avis sur cette page, pourquoi ne pas vous partager ma réflexion ?
Je disais donc que j’ai lu tout ce que je pouvais sur le sujet. J’ai écouté ceux qui étaient pour, ceux qui étaient contre, j’ai laissé vivre toutes les émotions qui m’habitaient, j’ai été d’abord stupéfaite, puis écœurée, pleine de compassion pour les victimes, j’ai applaudis quand on a entendu parler d’une enquête, patienté jusqu’à ce qu’elle sorte, lu le rapport avec le soulagement de voir que 3HO faisait face à ses responsabilités sans tenter d’étouffer l’affaire. J’ai bien conscience que les enjeux sont énormes tant pour les victimes, que pour 3HO, que pour chacun individuellement. Je pense là à ceux qui ont connu personnellement Yogi Bhajan (défenseurs ou détracteurs), à ceux qui sont arrivés depuis dans la communauté, à ceux qui la découvrent. Et je pense au yoga Kundalini.
À dire vrai ce que je vous partage aujourd’hui s’est manifesté à l’étape « en attente du rapport ». J’ai patienté pour lire la suite afin d’être certaine de ne pas avoir envie de changer d’avis. Et peu à peu, à chaque nouvelle lecture d’information, ça s’est confirmé.
La première conclusion qu’il m’est apparu est que n’ayant pas connu Yogi Bhajan, je ne pouvais avoir qu’une opinion qu’en fonction de mes lectures et de mes émotions.
La seconde est qu’il y aura toujours des détracteurs et des défenseurs.
La troisième est que les enjeux de chacun sont tellement divers et variés que suivant comment on se positionne (à la place de l’autre ou à la sienne), il devient impossible de démêler le vrai du faux. En ce sens la vérité appartient au passé (ce qui ne remet pas en cause son importance).
Pour ma part, en aucun cas je ne remets en question les témoignages et la douleur de quiconque (pas même la mienne).
En tenant compte de mes 3 conclusions précitées, la question était « A présent que faire ? »
Il y avait alors 3 options : Aller dans un sens, dans l’autre, ou rester entre 2 chaises. La dernière ne me convenant pas, il me fallait une raison plus forte que toutes les autres qui fasse sens pour moi et qui aille dans celui de mes conclusions citées précédemment. J’ai donc procédé par élimination…
En admettant que tous les témoignages sur la page FB Premka comme sur le rapport AOB ou ailleurs soient vrais, alors Yogi Bhajan ne correspondait d’évidence pas à l’image qu’il voulait donner, ni à ce qu’il a transmis et c’est une faute très grave surtout lorsque l’on endosse les responsabilités qui auraient dû être les siennes.
En admettant que ces révélations soient fausses ou même partiellement fausses, une seule personne victime de quelque façon que ce soit serait déjà de trop, que l’on parle de maltraitance verbale ou physique, ou psychologique envers des enfants, des femmes, des couples, ou bien même des hommes.
À partir de là j’avais ma condamnation déjà toute faite. Sauf que je ne savais pas quoi faire de ce que j’avais vu et vécu personnellement. Parce que avant toute cette histoire, j’avais vécu des choses dans cette communauté, j’avais rencontré des gens, j’avais expérimenté le yoga Kundalini, vécu le tantra blanc, les festivals, les stages, entendu combien la vie de certains s’était transformée au contact de ce yoga, partagé les bonheurs, les doutes, les quêtes, les prières, des danses, des chants. Et tout ça aussi faisait partie de l’équation. Comme pour chacun, c’était un déchirement ces opposés qui s’entrechoquaient. On aurait dit un divorce.
Oui comme un divorce : on se découvre, on s’aime, on se jure fidélité et amour jusqu’à ce que la mort nous sépare, on vit des moments fabuleux, extraordinaires et puis l’un ou l’autre commet une faute irréparable et l’on divorce. Certains couples parviendront à rester amis ou cordiaux mais ils sont rares.
En général c’est plutôt tout le passé qui est renié, on dit s’être trompé de personne et l’on panse ses blessures jusqu’à parvenir à passer à autre chose et entre temps on se déchire au milieu de famille, enfants et amis. Et bien que le mariage ne soit plus tellement de mode, les séparations se passent rarement autrement là encore.
Malgré que l’on ne soit pas marié au yoga Kundalini et que chacun soit libre de tout engagement, ce parallèle avec le divorce me parlait bien pour évoquer la crise ressentie entre un état de « j’aime » à celui de « plus question ! ».
J’ai alors écouté toutes les versions qui ont été à ma portée allant de ceux qui avaient suivi les enseignements selon Yogi Bhajan et même de ceux qui pratiquaient ou enseignaient sans que cela soit selon les enseignements de Yogi Bhajan. Et je peux dire que j’ai aimé ce que j’ai vu !
Le point commun entre tous était la pratique de ce yoga.
Quelques soient les opinions, écœurés ou convaincus, tout le monde s’est accordé à dire que ce yoga était exceptionnel et c’était ce que je ressentais moi aussi.
Si dissocier l’homme de la pratique parait abjecte, si l’on considère la véracité des multiples révélations, il n’en reste pas moins que, d’où que soient issus les enseignements qu’il a transmis, bricolage de technique ou pas, comportement abjecte ou pas, aucun de nous ne serait ici sans que Yogi Bhajan n’ait eu constitué cette communauté. En ce sens il me fallait reconnaitre le fait incontestable de cette légitimité.
En évoquant un jour tout ceci avec un ami, il me résuma ainsi « l’homme n’était peut-être qu’un homme mais ces enfants sont des anges ».
C’était à mon sens parfaitement résumé. Si je considère la pire des hypothèses, alors tout est vrai mais Yogi Bhajan n’est plus de ce monde et il nous appartient de mettre toute cette douleur au service de la lumière parce que le monde entier a besoin de cette technologie.

Si je considère la meilleure des hypothèses, tout ceci n’est que calomnie ou vérité partielle mais Yogi Bhajan n’est plus de ce monde et il nous appartient de perpétuer cet enseignement au service de la lumière parce que le monde entier a besoin de cette technologie.
Je n’ai pas le pouvoir de consoler ceux qui souffrent, ni de leur porter réparation, je n’ai pas le pouvoir de démêler le vrai du faux, je n’ai pas le pouvoir d’influer sur les décisions qui seront prises en haut lieu quant aux changements à venir, ce que je sais avec certitude c’est combien ce yoga a apporté à tous ceux qui l’ont pratiqué, ce que je sais c’est que j’ai le pouvoir de le transmettre, de l’enseigner, d’aider à mon tour ceux qui croiseront ma route, à vivre mieux, à se sentir bien dans leur corps, mieux dans leur vie, plus forts face aux difficultés du quotidien. J’ai le pouvoir de regarder les gens droit dans les yeux, de leur dire que le yoga Kundalini nous a été transmis par Yogi Bhajan, que la communauté a vécue des années d’or et que malgré la crise qui s’en est suivie, j’ai fait le choix de la transmettre parce que moi, comme des milliers d’autres personnes, avons expérimenté sa puissance et ses bienfaits et parce que plus que jamais le monde a besoin de ce soutien. Les femmes et les hommes qui pratiquent et enseignent ce yoga sont des anges. C’est à cause de la dernière guerre que chacun œuvre à ce jour pour la paix, c’est à cause de cette crise au sein de la communauté que chacun pourra se porter garant d’intégrité.
Je remercie personnellement toutes les personnes avec lesquelles j’ai pu discuter, celles que j’ai pu lire, écouté, et plus particulièrement Elodie et Brice Cavallero, Avtar Kaur, Sat Mitar Kaur, Siri Kar, Yoga Ekongkar.
Sat Nam »
Tara


« Bonjour à tous,

C’est le témoignage de Tara qui me pousse à apporter le mien.
Je n’avais pas l’intention de le faire, car je n’en voyais pas l’utilité pour d’éventuels lecteurs, et le petit nombre de témoignages ici montre peut-être une bonne chose : nous ne sommes peut-être pas tant perturbés que ça, et n’avons donc pas tant besoin de réagir.

Yogi Bhajan est décédé en 2004, deux ans avant que je rencontre le yoga Kundalini. Parmi d’autres branches d’enseignements comme Vipassana et Advaita Vedanta, et parmi toutes mes expériences de vie, la transmission des enseignements de Yogi Bhajan est une partie très importante de mon « chemin de conscience », de ce qui m’a amené à comprendre ce que je suis. Ses enseignements étaient eux-mêmes la transmission qu’il faisait des enseignements que lui avaient transmis d’autres enseignants (quelle que soit l’importance des changements qu’il avait opéré dans la « tradition »), apportant lui-même sa touche personnelle comme tous ceux qui l’ont précédé, et tous ceux qui l’ont suivi (comme moi, à mon niveau). J’enseigne le yoga Kundalini depuis 12 ans, et je sais donc ce que je peux offrir grâce à cette technique, et grâce à l’enseignement que j’en transmets, qui est fait de ma compréhension de ce que je suis.
Ce que j’ai compris de ce que je suis est authentique maintenant, et ne dépend donc plus de Yogi Bhajan, mais bien de moi. Je n’ai rien à penser sur Yogi Bhajan, et ce que je pourrais en penser n’agit en réalité que sur mon propre monde, ma propre personne. Il ne serait pas honnête de chercher à avoir une quelconque influence sur les éventuelles personnes qui m’écouteraient, à propos de ce qu’il faut penser, et de ce qu’il faut faire de Yogi Bhajan.
J’ai commencé à lire le rapport, et j’ai commencé à lire le « contre-rapport ». Ces deux amorces de lectures m’ont stoppé dans la lecture elle-même, tant ils tendent à s’annuler réciproquement. Je ne suis pas un grand lecteur (loin de là), et je ne sais pas si j’irai au bout de ces lectures un jour. Je suis choqué par tout, et par rien, en même temps. Je ressens de la compassion pour tous ceux qui souffrent autour de ce sujet.
Quoi qu’il en soit, les victimes, qu’elles soient réelles ou imaginaires, n’ont besoin ni de mon soutien, ni de mon rejet. Elles ont fait ce travail de parole pour se libérer. Et même les éventuels mensonges font partie du processus personnel de celui qui les profère, ils le feront avancer dans son « chemin de conscience ». C’est la même chose pour les éventuelles erreurs de jugement des uns sur les autres.
Quoi qu’il en soit, Yogi Bhajan lui non plus, là où il est, n’a besoin ni de mon soutien, ni de mon rejet, ni de l’amour des uns, ni de la haine des autres. Il a été, et il reste, même à travers cette crise, un canal d’enseignement. Ce que nous vivons en ce moment nous montre bien l’ultime leçon, dont il avait lui-même énoncé le contenu. Aucun piédestal, aucun fanatisme, ne peut complètement nous amener à la connaissance de soi, qui est par définition la libération totale de toute emprise. Alors commençons par nous libérer de toute considération trop importante sur toute personne. Dieu et moi ne font qu’Un, et Yogi Bhajan est dissout là-dedans.

Sat nam ! »
Brice Cavallero (Harpreet Singh).


Le portrait du mois #5

Tous les mois, la FFKY met en lumière un·e pratiquant· ou enseignant·e de Kundalini Yoga qui partage ses coups de cœur, ses découvertes, ses inspirations en lien avec la pratique. Voici la cinquième édition.

Visages du Kundalini Yoga #5

Siri Avtar Singh
C’est l’homme orchestre derrière le Printemps du Yoga, le festival francophone de kundalini dont la prochaine édition se tiendra du 13 au 17 mai 2021. Photographe de profession, Antoine Bréant a posé ses valises en Bretagne, après avoir enseigné le yoga à Londres, vécu plusieurs années dans un centre de formation international du yoga dans le Vercors et suivi les enseignements d’un grand maître de chant en Inde. Avec le soutien de la FFKY, il ouvre avec une équipe d’enseignants le 14 septembre à Rennes une salle entièrement dédiée au kundalini. Toutes les infos sur kundaliniyogarennes.com

Si vous étiez…
…. Un kriya ?

Le surya kriya. Simple, efficace et puissant, c’est un kriya qui peut être pratiqué autant par des débutants que par des pratiquants expérimentés. Il apporte une vraie expérience, avec une intensité que chacun peut apprécier en fonction de son niveau.
> ffky.fr/surya-kriya

… Une méditation
Le long Ek Ong Kar. Pour le mariage du son, des visualisations et de la respiration, c’est une méditation complète.

… Une tenue pour pratiquer
Pantalon indien et chemise blanche. Pour les hommes, c’est assez limité.

… Un mantra
Le Ray man shabad. Un shabad de Guru Gobind Singh qui travaille sur le champ électromagnétique. C’est le mantra qui donne une aura dorée. C’est celui que je pratique le plus, qui intuitivement me correspond.

… Un aliment ayurdévique
Une tasse de Yogi Tea. La recette classique cannelle, cardamome, gingembre, poivre et clou de girofle. C’est un mélange très réconfortant qu intègre ces cinq épices que l’on mélange pour créer une unité. Le meilleur ami du yogi.

… Un pauri du Jap Ji
Le Muhl Mantra, le premier, tout y est contenu. Toute la création vient du principe de l’unité : c’est l’essence du Jap Ji, l’équation parfaite du yoga.
> ffky.fr/ressources/mantra

… Un endroit pour pratiquer
Une grotte surplombant la mer. La grotte qui protège et l’horizon infini de l’océan.

… Un grand sage
André Van Lysbeth. Le premier qui a amené le yoga en Europe et a fait le pont entre l’Orient et l’Occident. Il est allé au cœur des enseignements du yoga, en les mettant en perspective avec la science occidentale.

… Une citation inspirante ?
« Si tu ne peux pas voir le divin en chacun tu ne peux pas voir le divin du tout ». De toutes mes lectures spirituelles, cette citation de Yogi Bhajan résume le mieux la pratique, pas seulement sur le tapis mais dans la vie de tous les jours. On ne peut rien exclure de notre capacité à aimer.
https://kundaliniyogarennes.com

Que faire du rapport sur Yogi Bhajan ?

Digérer la part d’ombre

Chère communauté francophone du Kundalini Yoga,

À la suite du rapport publié le 10 août 2020 par l’organisme indépendant An Olive Branch*, nous, représentant·e·s de la FFKY et de l’ensemble de ses adhérent·e·s, condamnons fermement et sans équivoque les pratiques auxquelles s’est vraisemblablement adonné Yogi Bhajan, leur caractère institutionnalisé ainsi que le silence organisé qui ont permis de cacher ces agissements pendant de nombreuses années.

La convergence et le nombre de témoignages recueillis sont gages d’une vérité, au-delà de tout jugement sur la véracité et l’exactitude des propos rapportés.

Nous sommes animé·e·s par la compassion pour toutes les personnes touchées de près ou de loin par les faits à l’époque, et par la lecture de ce rapport* aujourd’hui.

Au-delà de ces considérations, nous souhaitons œuvrer afin d’instaurer un nouveau standard d’éthique dans les pratiques de la communauté du Kundalini Yoga en France, afin que de tels comportements ne puissent se produire au sein de notre Fédération.

La FFKY reste la gardienne d’une pratique et d’une transmission du Kundalini Yoga respectueuse de chacun·e, en-dehors de toute dérive.

Aujourd’hui, notre préoccupation est d’abord d’accompagner du mieux possible tout·e·s les enseignant·e·s ou pratiquant·e·s, qui supportent, chacun·e à leur manière, cette tension entre la qualité des enseignements d’une part et les actions de l’enseignant qui les a transmis d’autre part.

Nous communiquerons sous peu des propositions de rencontres, en ligne dans un premier temps, afin d’échanger et de choisir la direction que nous souhaitons prendre ensemble pour continuer sur notre chemin de Sangat.

Sat Nam,
L’équipe de la FFKY
(Avtar Kaur, Harbeant Singh, Manpreet Kirti Kaur, Saranjot Kaur, Govind Bhajan Singh, Daya Joti Kaur et Sangeet Kirpal Kaur)

*disponible sur le site epsweb.org

ATTENTION : les faits décrits peuvent heurter la sensibilité des lecteur·trice·s non averti·e·s.
Traduction en français annoncée pour le 31 août 2020.

Le portrait du mois #4

Tous les mois, la FFKY met en lumière un·e pratiquant· ou enseignant·e de Kundalini Yoga qui partage ses coups de cœur, ses découvertes, ses inspirations en lien avec la pratique. Voici la quatrième édition.

Visages du Kundalini Yoga

Portrait n°4

Livpriya Gian Kaur

Du développement de start-up au monde végétal, il n’y a qu’un pas. C’est en marchant sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle qu’Amandine décide de changer de vie pour se consacrer aux plantes médicinales. Formée auprès de l’ethnobotaniste Anne Richard, elle fonde ensuite son association, Le Sentier Botanique, qui organise des ateliers de découverte de la flore sauvage. Egalement enseignante de kundalini yoga à La Rochelle, elle continue de suivre les enseignements de Guru Jagat à Château Anand.

Si vous étiez…

Un kriya ?

Le Sat Kriya. Il m’inspire dynamisme, connexion au féminin sacré et verticalité. Il fait le lien avec le 3e chakra et les intestins. La position des bras au-dessus de la tête nous relie à la Terre mère et au ciel.
Voir le kriya.

… Une méditation ?

Une version du kirtan kriya pour nettoyer l’aura. Allongée sur le ventre, les bras le long du corps et le menton posé au sol, on récite le mantra sa ta na ma en appuyant chacun des doigts avec le pouce. C’est une méditation puissante qui nettoie l’aura des relations toxiques passées. Je l’ai fait durant plusieurs semaines, les effets ont été fulgurants…
Voir la méditation.

… Une tenue pour pratiquer ?

J’enseigne les cheveux attachés et la tête couverte pour canaliser mon énergie. Avec un pantalon large et souple en coton de couleur claire pour être à l’aise dans les postures. En haut, j’aime varier les couleurs en fonction de mon humeur et des chakras sur lesquels je veux travailler : vert pour l’ouverture du cœur, rouge quand j’ai besoin d’ancrage…

… un Mantra ?

Aad Gureh Nameh. Il me procure une immense joie. 

… Une musique de relaxation ?

N’importe quel pauri chanté par Snatam Kaur. C’est un délice. Sa voix est fabuleuse, elle me transporte.

… Un endroit pour pratiquer ?

L’ashram de Château Anand. Un lieu relié aux éléments, l’eau avec la rivière, le terre des forêts alentour, l’éther aussi car c’est un endroit puissant énergétiquement et le feu lors des pratiques du soir. On est coupés du monde, on se sent au cœur du vivant.

… Une recette ayurdévique ?

Tous les kitcheree. Moi qui ne mange que du cru, j’ai découvert le kitcheree pendant ma formation de niveau 1. Une révélation ! Je débordais d’énergie. C’est le plat est idéal pour mon dosha Vatta, la clé du bonheur digestif.

… Une plante médicinale ?

L’achillée millefeuille. Son corymbe blanc vire au rosé sous l’effet du soleil. En terme de propriétés, c’est une plante qui régule le système hormonal, elle est idéale pour apaiser les règles douloureuses et abondantes. A prendre en infusion une semaine avant les lunes.


… Une citation inspirante ?

« Rêve ta vie et vis tes rêves ». C’est mon mantra personnel, il guide mes actions au quotidien. 

www.sentierduyoga.fr · www.sentierbotanique.fr

Le portrait du mois #3

Tous les mois, la FFKY met en lumière un·e pratiquant· ou enseignant·e de Kundalini Yoga qui partage ses coups de cœur, ses découvertes, ses inspirations en lien avec la pratique. Voici la troisième édition.

Visages du Kundalini Yoga

Portrait n°3 

Diana Narayan Seema Kaur

Yogi et cheffe cuisinière d’origine mexicaine, Diana Narayan Seema Kaur a découvert le kundalini yoga il y a 13 ans, à Mexico « J’avais besoin d’une discipline. Dès le premier cours, j’ai senti que quelque chose s’éveillait en moi. Au bout d’un mois de pratique, mes addictions ont disparu ». Après avoir vécu au Pérou puis travaillé dans l’humanitaire en Colombie auprès des victimes de la guérilla, elle décide de se former à l’école hôtelière pour devenir cuisinière. Aujourd’hui, cheffe du restaurant vegan Whooly Wood à Paris, elle cuisine également pour des formations, événements et retraites de yoga.

Si vous étiez…

  • Un kriya ?

Transformer l’énergie du triangle inférieur en énergie du triangle supérieur.
C’est le premier kriya que j’ai enseigné pendant ma formation, je ne savais rien à l’époque sur les chakras et leur signification. C’est un kriya important pour moi car il travaille sur l’enracinement et l’alignement avec la Terre.

> https://ffky.fr/transformer-lenergie-du-triangle-inferieur-au-triangle-superieur

  • Un chakra ?

Muhladara, la couleur rouge. J’ai tendance à me laisser emporter par mes pensées et mon imagination, j’ai besoin d’ancrage, je travaille sur cet aspect lors de mes sadhanas.

  • Une méditation ?

Le kirtan kriya avec le mantra Sa Ta Na Ma. Je l’ai faite durant 40 jours alors que j’étais dans une période d’agitation et de colère. J’ai ressenti que tout s’alignait à la perfection. Je reviens toujours à cette méditation.

> https://ffky.fr/kirtan-kriya

  • Une recette ayurvédique ?

Le kitcheree pour le nettoyage du foie et de la vésicule biliaire avec le mélange ail, oignon et gingembre, excellent pour détoxer en profondeur, surtout pendant la transition du printemps à l’été. A faire en cure de 3 jours à une semaine (recette ci-dessous)

  • Un vêtement pour pratiquer ?

La tenue dans laquelle je me sens bien c’est une longue robe blanche en lin.

  • Un endroit pour pratiquer ?

Dans le salon chez moi, à côté de la cheminée. La lumière sépia est parfaite, et il y a de légers courants d’air.

  • Une musique de relaxation ?

J’adore le gong. Les vibrations parcourent mon corps, les émotions surgissent, la joie, la peur, le malaise, et l’apaisement à la fin avec la sensation d’être bercée par la Pachamama, la Terre-Mère. A la fin d’un bain de gong, j’ai l’impression d’avoir fait un grand voyage.

  • Un mantra ?

En ce moment, c’est Ardas Bhae. Je le chante tous les jours, quand je travaille, quand je cuisine… Il me tranquillise et met dans un état méditatif. J’aime beaucoup cette version de Sunniai.

Recette du kitcheree 

1 cas ghee ou huile de tournesol 

1 cac graines de cumin 

1/2 cac graines de moutarde

1/2 cac graines de coriandre

1 cac curcuma

1/3 cup haricots mungo

1 cup orge perlé

1 panais épluché et coupé en tranches

1 cas de racine de pissenlit sèche (herboristerie)

1 cac gingembre frais  

1/2 baton de kombu

225 g de brocoli 

3/4 cac sel marin 

1 cas coriandre en poudre

Dans une casserole faire chauffer le ghee. Ajouter le cumin, les graines de moutarde et de coriandre. Sauter jusqu’à ce que les graines de moutarde éclatent. Ajouter le curcuma et les haricots mungo et remuer pendant 30 secondes. Mouiller avec 6 cups d’eau et ajouter l’orge, le panais, le pissenlit, le gingembre et le kombu. Faire bouillir, puis cuire à couvert à feu moyen pendant 40-50 min. Ajouter de l’eau (4 cups environ) pour le garder humide, remuer pour éviter que cela colle dans la casserole. Laver et couper le brocoli en fleurettes et l’ajouter 15 min avant de finir la cuisson ou avant de servir, avec le sel et la coriandre en poudre.

Ce kitcheree est légèrement laxatif et diurétique, il facilite l’évacuation de la bile. Le panais calme le dosha Pitta. Le ghee aide à la lubrification et à l’assimilation des aliments mais on peut très bien utiliser de l’huile de tournesol.


Vous souhaitez être la prochaine personne à devenir portrait du mois ? Contactez Daya Joti : presse@ffky.fr

Le portrait du mois #2

Tous les mois, la FFKY met en lumière un·e pratiquant· ou enseignant·e de Kundalini Yoga qui partage ses coups de cœur, ses découvertes, ses inspirations en lien avec la pratique. Voici la deuxième édition.

Le portrait chinois version kundalini de …

Kirpal Singh, cofondateur de l’école Ik Saran Dhian.

Depuis l’enfance, Kirpal Singh a baigné dans la spiritualité. Issu d’une famille de grands voyageurs, il découvre l’Inde avec ses parents. Un membre de sa famille est moine bouddhiste ordonné. Passionné de littérature, de théâtre et de musique, il rencontre le kundalini yoga lors de ses études à Berlin. « C’était physique et spirituel, c’était la connexion que je cherchais ». Elève de Guru Dev Singh et Shiv Charan Singh, Kirpal commence à enseigner au début des années 90, tout en menant une carrière dans le cinéma en tant que chef opérateur et réalisateur.

Aujourd’hui Lead trainer, Kirpal a fondé en 2012 avec Ishwara Kaur l’école Ik Saran Dhian, qui organise des formations d’enseignants de niveau 1 et 2 et les 21 étapes de la méditation en France, en Angleterre et en Allemagne. Kirpal forme également les consultants et professeurs en Karam Kriya, la numérologie sacrée du kundalini yoga.

Si vous étiez….

  • Un kriya ?

Danthanni PranayamaCe kriya travaille à nettoyer l’inconscient. Il me rend extrêmement enthousiaste, il me met en feu et en flammes. 

Kirpal a traduit pour nous ce pranayama en français : cliquez ici.

  • Un endroit pour pratiquer ?

Ma cage thoracique. J’ai médité devant des paysages magnifiques mais la vraie chose, c’est de se stabiliser dans l’ouverture du cœur. Etre dans cet endroit magnifique duquel je n’ai plus besoin de bouger.

  • Un instrument de musique ?

Je serais la voix d’un être humain qui exprime et élève les émotions humaines. 

  • Une tenue pour pratiquer ?

Un kimono, un vêtement très ample, avec des manches courtes et larges.

  • L’un des gurus sikhs ?

Le quatrième guru me touche ces jours-ci, c’est un orphelin. A travers son service, il incarne l’élévation vers l’être humain. C’est la bhakti directe, droite, sans fioriture. Une bhakti à un tel degré de pureté qu’elle permet de recevoir la shakti. C’est quelque chose qui m’inspire et m’accompagne.

  • Une méditation ?

Pran Pathi Pranayama, dans le manuel Prana Prani Pranayama. Elle transforme tous les blocages existant au niveau des omoplates, ouvre le chakra du cœur et établit le corps radiant. Elle réveille le mental neutre, la ligne d’arc et le 10e corps. 

  • Une citation inspirante ?

« Patience pays ». « La patience paie ». C’est la première chose que Yogi Bhajan m’a dite et cela s’est avéré très juste. Cela ne sert à rien de se presser. C’est l’histoire du lièvre et de la tortue… Etre une tortue, c’est être dans l’être et plutôt que dans le faire. Les choses viennent à soi, il n’est plus besoin de faire.

  • Un aliment ayurvédique ?

La graine de sésame. Dans le Guru, le mot pour sésame prend la signification de « rien » ou « presque rien ». In small is all, dans ce qui est petit réside le tout, comme on dit en anglais.

  • Un mantra en gurmukhi ?

Ajai Alai, Ce mantra appelle les qualités divines à s’incarner en nous, à pouvoir connecter notre potentiel et le réaliser sur cette terre et dans cette vie.

  • Un pauri du Jap Ji ?

Le 23ème Pauri me touche beaucoup. Il dit qu’on peut être infiniment petit et que cela suffit complètement. Je n’ai pas besoin d’être grand ou riche pour être en accord avec mon seigneur. Ce que je suis suffit au seigneur, donc cela suffit aussi à moi-même. Je suis complet. La seule chose que j’ai à accomplir, c’est que cette graine de sésame, cette fourmi, n’oublie pas le seigneur. Le reste n’a pas d’importance. 

  • Un grand sage ?

Si j’étais un grand sage, je rirai davantage, je serai davantage un saltimbanque et moins sérieux. 

  • Une musique de relaxation ?

J’aime beaucoup la Canadienne Nirinjan Kaur, elle a une voix magnifique et sa prononciation est très bonne. J’aime aussi le duo White Sun et la chanteuse Ashana. Elle chante notamment une version très belle de Mera Man Loche. C’est un shabad sur le passage du 4e au 5 guru, le futur guru adolescent écrit des lettres d’amour à son père. Ce shabad très important, enseigné au niveau 2, travaille sur le cœur brisé, il aide à guérir cela.

  • Un livre inspirant ?

Je serai un petit livre rouge fait de pages blanches. Il s’intitulerait : « Comment je me suis trouvé ».

Kirpal Singh
http://iksarandhian.com/homepage


Vous souhaitez être la prochaine personne à devenir portrait du mois ? Contactez Daya Joti : presse@ffky.fr

Journée mondiale du Yoga en ligne

· PROGRAMME · 
DIMANCHE 21 JUIN 2020

Pour la Journée du Yoga 2020, nous vous proposons un programme de cours et ateliers GRATUITS en Zoom, et en français.

6H30 · Système Lymphatique ·
Sâdhana avec musique live par Gian Mandeva Singh
LIEN ZOOM
[DURÉE 1H30]


10H · Sexualité et Vitalité ·
Cours de Kundalini Yoga avec Saran Jot Kaur
LIEN ZOOM
[Durée 1H]


11H15 · Stimulez votre Intuition · 
Kundalini Yoga avec Daya Joti Kaur
LIEN ZOOM
[DURÉE 1H30]

Un kriya et une méditation pour stimuler Ajna chakra, la glande pituitaire et siège de l’intuition.
Le 6e chakra nous connecte au subtil et nous apporte le sentiment intuitif de la direction que nous devons prendre.
C’est le 3e œil qui perçoit au delà des deux yeux.


17H · Méditation du Solstice ·
Méditation avec musique live par Avtar Kaur
LIEN ZOOM
[DURÉE 31MIN]

Méditation pour le Solstice où la puissance de l’astre de lumière est à son point culminant.
Laissez votre radiance diffuser la paix et l’harmonie durant cette phase de changement profond.

Au plaisir de vous retrouver en ligne !

Message de l’équipe d’intervention collaborative

Le 18 mai 2020

Sat Nam Chers membres de notre communauté 3HO, Sikh Dharma et KRI:
 
Au 3 mai, la phase initiale de l’enquête indépendante sur les allégations impliquant Yogi Bhajan s’est terminée. Au cours des prochaines semaines, An Olive Branch continuera d’interviewer ceux qui les ont contactés et passera au processus d’analyse et de traitement des données reçues.

En attendant les résultats de l’enquête d’An Olive Branch, nous souhaitons partager avec vous les principes établis qui guident les mesures que nous avons prises pour répondre aux allégations d’inconduite sexuelle. Cette clarification peut être utile pour comprendre le chemin que nous empruntons.

En janvier 2020, une ancienne secrétaire de Yogi Bhajan a publié un livre détaillant ses expériences avec lui, y compris une relation sexuelle. Peu de temps après, un certain nombre d’allégations graves d’inconduite sexuelle ont été signalées par d’autres femmes, y compris d’anciennes employées, sur les réseaux sociaux et par d’autres moyens de communication. Ces allégations ont suscité beaucoup d’inquiétude dans l’ensemble de notre communauté. En tant qu’organisations à but non lucratif et religieuses engagées à agir avec intégrité et par respect pour tous les membres de notre communauté, il était nécessaire de traiter les allégations de manière appropriée et formelle.

Les enseignements de notre communauté nous guident vers une action juste, pour traiter tout le monde avec respect, compassion et bienveillance, pour soutenir les normes éthiques les plus élevées. Nous nous engageons à respecter ces principes et à renforcer la capacité de notre organisation à respecter notre engagement envers ces valeurs, les uns envers les autres.

Les allégations d’inconduite sexuelle peuvent créer une crise pour toute organisation, et des experts d’organisations spirituelles, religieuses, gouvernementales et privées du monde entier ont élaboré des principes et des procédures pour répondre aux allégations de cette nature. Ces approches validées reflètent les valeurs et les enseignements spirituels de notre communauté, et nous avons progressé en les utilisant comme principes directeurs.

• Reconnaitre les allégations. Nous avons reconnu publiquement les allégations et nous nous sommes efforcés de garantir la confidentialité et un processus sûr et respectueux pour toutes les parties.

• Nommer une personne ou une équipe afin de diriger la réponse de l’organisation vis-à-vis de la situation.  

Siri Singh Sahib Corporation a formé une équipe de réponse collaborative (Collaborative Response Team) de six représentants des organisations à but non lucratif et à but lucratif pour apporter une réponse rapide à la crise.

• Agir rapidement et élaborer un processus pour répondre aux allégations. Le CRT se réunit plusieurs fois par semaine pour évaluer la situation et réagir rapidement à l’évolution des circonstances.

• Être transparent et souvent communiquer avec toutes les parties prenantes. En plus des communications individuelles et par e-mail, nous avons lancé un site Web pour assurer la transparence et servir de point de communication central à tout le monde. De plus, nous avons rencontré à plusieurs reprises des groupes de nos diverses organisations constituantes pour leur fournir des mises à jour sur notre processus.

• Engager un tiers professionnel et neutre pour mener l’enquête. Nous avons sélectionné An Olive Branch pour mener cette enquête indépendante sur la base de son expérience avec la question difficile de l’inconduite sexuelle et de ses compétences spécifiques en matière d’enquête sur les allégations de cette nature pour les communautés spirituelles.

• Offrir la possibilité d’une participation pleine et équilibrée au processus d’enquête. Une possibilité de pleine participation est importante pour la capacité d’An Olive Branch de mener une enquête complète, et le CRT a encouragé et soutenu cette participation. An Olive Branch évaluera toutes les informations qu’il reçoit et les personnes qu’il interroge au cours de l’enquête.

• Offrir des consultations accessibles à ceux qui signalent un préjudice. Nous avons mis à disposition gratuitement des consultations professionnelles confidentielles à toute personne faisant valoir un préjudice résultant de la faute qu’elle a signalée. Notre décision d’offrir ces services de consultation n’est pas une indication de conclusions tirées par les personnes impliquées dans l’enquête en cours ou par l’une de nos organisations. Ces services sont offerts par compassion pour les personnes qui peuvent les trouver utiles.

• Être transparent avec les résultats de l’enquête indépendante. An Olive Branch passera les quatre à six prochaines semaines à terminer la collecte de preuves, à mener des entretiens avec des témoins qui ont déjà été en contact et à contacter des personnes disposant d’informations potentiellement pertinentes. Une fois ce travail terminé, An Olive Branch compilera ses conclusions et préparera un rapport qui sera partagé publiquement. Bien que la date d’achèvement prévue soit fin juin, elle peut prendre un peu plus de temps en raison du très grand nombre de personnes qui ont choisi de participer à l’enquête.

Ce processus continue d’être difficile pour nous en tant que communauté. En prenant les mesures décrites ci-dessus, notre engagement a été d’agir en fonction des valeurs de notre communauté et par respect pour chacun. Nos objectifs sont de rechercher la vérité et de s’attaquer au passé afin d’assurer l’avenir du service et des enseignements de notre communauté. Notre leadership organisationnel s’est engagé à évaluer nos politiques et procédures actuelles afin de nous assurer que nous représentons nos valeurs dans tout ce que nous faisons, maintenant et à l’avenir.

Un rapport d’Olive Branch marquera la fin de l’enquête, mais nous reconnaissons que ce ne sera pas la fin de ce voyage. Nos organisations sont déterminées à engager toute notre communauté à explorer des voies de guérison et à trouver une voie claire vers un avenir couronné de succès pour tous.

Sat Nam,
 
Équipe d’intervention collaborative / CRT
ssscresponseteam.org
 
Pour choisir de recevoir les mises à jour CRT (en anglais) par courriel directement, envoyez votre demande à crt@ssscorp.org.