Lettre de la présidente

Sat Nam cher·e·s adhérent·e·s, pratiquant·e·s de Kundalini Yoga,

Voici que notre pays, tout comme une bonne partie du monde se trouve confronté à une situation unique et nouvelle qui met au défi nos systèmes de pensées, nos habitudes, nos certitudes et nous contraint à faire face à ce que notre monde tente en permanence d’éviter : la relation à l’inconnu au plus profond de soi

Les différents gouvernements Européens ont mis en place une politique préventive qui vise à endiguer la diffusion de ce virus par ailleurs déjà connu des épidémiologistes. De nombreuses informations parfois contradictoires circulent, et notre mental trouve de bonnes raisons de s’emballer. Prier ou paniquer.

Trois options face à la peur de l’inconnu: être paralysé.e.s, s’enfuir ou se battre. Chacune de ces options apporte son lot de conséquences et sera appropriée selon les cas. Il ne s’agit pas de juger, mais d’évaluer pour chacun.e ce qui est le plus juste, d’utiliser son libre arbitre avec discernement et intuition.

Pouvons-nous voir ce nouveau défi comme un test pour évaluer où nous en sommes ? La méditation commence véritablement lorsque nous quittons notre tapis de yoga. Lorsque nous sommes dans la vie, en lien avec notre environnement et nos proches, lorsque nous sommes dans ce monde avec la distance de l’observateur.trice.

Confiner peut vouloir dire enfermer, être maintenu dans un espace restreint, mais aussi toucher aux limites, être proche de. Dans notre pratique du yoga nous travaillons à reculer nos limites, à aller au-delà de ce que nous pensons être, au-delà de nos croyances.

Cette année est marquée par le lâcher prise, le pouvoir de dire Non, le pouvoir du féminin en chacun.e. Ce pouvoir du féminin reçoit, accueille plutôt qu’il n’agit pour prendre.
Il est temps de se poser, de respirer et de ressentir. Et de pratiquer.

Bien sûr la pratique personnelle est essentielle dans ce processus. Et à priori vous aurez plus de temps pour cela, puisque l’extérieur ne vous sollicitera plus autant. Même si vous pratiquez seul.e, vous pouvez vous connecter à l’énergie du groupe et de la communauté, rappelez vous ce pouvoir de la chaîne d’or.

La pratique en groupe est aussi importante car elle permet de rester reliés malgré l’éloignement. Vous êtes déjà nombreux à avoir mis ou vouloir mettre en place des cours en ligne et cela montre bien la créativité et l’adaptabilité de notre communauté.
Nous vous invitons à choisir une pratique quotidienne, par exemple la méditation Ra Ma Da Sa en direct tous les soirs à 19h sur Instagram.

Tenez bon et vous serez soutenu !

Avec toutes nos bénédictions,

Avtar Kaur et l’équipe de la FFKY 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.